Études en France – Démarches à suivre pour les étudiants étrangers

Vous avez décidé de faire vos études en France mais il y a de nombreuses démarches à effectuer ainsi que de nombreux documents à fournir pour pouvoir réaliser votre rêve.

La France est un pays très prisé par beaucoup d’étudiants internationaux. Elle propose de nombreux cursus de très bon niveau avec reconnaissance internationale. En plus, elle offre à ses résidents une culture et un mode de vie très appréciés dans le monde entier.

1. Pourquoi faire ses études en France?

La France est le 3e pays au monde qui accueille le plus d’étudiants internationaux. Ils sont 325 000 (12% de l’effectif étudiant total), dont 25 000 doctorants.

En dix ans, le nombre d’étudiants étrangers en France à augmenté de 75 % ! Plusieurs raisons poussent les étudiants résidant à l’étrangers à poursuivre et à terminer leurs études en France.

En plus, en France, quelle que soit leur origine, les étudiants étrangers bénéficient des mêmes droits et des mêmes avantages que les étudiants français.

En effet, l’excellence de l’enseignement supérieur français est largement reconnue à travers le monde. Que ce soit dans le classement de Shanghaï,  ou dans ceux du Financial Times.

La France investit chaque année massivement dans l’enseignement et la recherche : l’éducation est le premier poste de dépenses du budget de l’Etat.

Les succès industriels, technologiques et scientifiques français, le nombre de prix Nobel ou de médailles Fields, démontrent que la France est un pôle d’innovation et de recherche parmi les plus dynamiques.

Les établissements français délivrent des diplômes conformes aux normes européennes, basés sur une architecture commune appelée “LMD”. D’ailleurs, ces diplômes sont largement reconnus de par le monde.

Dans le monde, l’enseignement supérieur français est l’un des plus accessibles financièrement, car c’est l’Etat français qui finance la plus grande partie des frais, pour les Français comme pour les étrangers.

Les formations en France sont reconnues mondialement par leur qualité à prix raisonnable, la diversité de l’offre de formation, la compétence du corps enseignant et l’exceptionnel cadre de vie pour les étudiants de l’enseignement supérieur.

2. Généralités sur les études en France

La proportion d’étudiants étrangers dans l’enseignement supérieur en France est de 12 %, toujours selon la source précitée. Chacun d’entre eux a ses propres raisons de vouloir étudier en France.

2.1. Le Système Universitaire en France

En France, les études supérieures prennent une forme particulière, avec de nombreuses formations hors des universités.

L’accès au premier cycle d’études supérieures des universités est de droit pour tous les bacheliers ou titulaires d’un diplôme d’accès aux études supérieures.

98 % des bacheliers généraux, 90 % des bacheliers technologiques et 45 % des bacheliers professionnels poursuivent leurs études.

En France, tous les titulaires du baccalauréat sont permis à s’inscrire à une université de leur choix et ils ont la possibilité de choisir librement une filière à suivre.

Il en résulte que la sélection des étudiants se fait au cours des études par la réussite dans les contrôles. Les grandes écoles constituent une exception au sein du système educatif, car les candidats doivent participer à un concours pour entrer dans ces institutions.

Le système universitaire français s’organise aujourd’hui autour des trois niveaux : la Licence (bac+3 ans), le Master (bac + 5 ans) et le Doctorat (bac + 8 ans), et il est également appelé « LMD ».

Par ailleurs, le premier semestre universitaire, dont le début est appelé la rentrée, commence à la fin septembre ou au début d’octobre selon les établissements et les formations suivies.

Le premier semestre dure normalement jusqu’à la fin janvier. Au début de février se situe une période d’examen.

En plus, le second semestre commence en février et l’enseignement terminera en mai. En juin auront lieu les derniers examens de l’année académique.

2.1.1. La Licence 

Correspond à 180 crédits, et 6 semestres d’études. Elle permet d’étudier dans un domaine assez large, au moins durant les deux premières années, comme l’Économie et la Gestion, ou les Langues Étrangères Appliquées.

2.1.2. Le Master

Correspond à 300 crédits, et 4 semestres d’études supplémentaires par rapport à la Licence. Tout comme la Licence, les matières étudiées sont relativement générales, mais il est possible de se professionnaliser en deuxième année si l’on ne souhaite pas continuer les études en Doctorat.

2.1.3. Le Doctorat

Correspond à 480 crédits ECTS ou 3 ans d’études supplémentaires après le master. Destiné aux étudiants ayant pour vocation de devenir enseignant-chercheur, et réaliser une thèse sur la période des 3 ans supplémentaires. Un salaire sera octroyé par l’État durant toute la durée de la formation.

2.2. Conditions d’admission dans les universités en France

Pour étudier en France quand on est un étudiant étranger, il y a des conditions d’admission pour accéder aux universités Françaises.

Ces conditions d’admission aux universités en France sont catégorisés par niveau d’études et autre critères.

Pour accéder à l’enseignement supérieur en France, les étudiants étrangers doivent avoir satisfait aux conditions qui permettent l’accès à l’enseignement supérieur dans le pays où a été obtenu le diplôme de Bac.

En plus, ils devront justifier d’un niveau de compréhension de la langue française adapté à la formation envisagée.

Par ailleurs, pour s’inscrire en 1er cycle dans une université, une demande d’inscription préalable est obligatoire pour les étrangers titulaires d’un diplôme de Bac étranger.

En plus, si vous avez commencé vos études supérieures et souhaitez les poursuivre en France. Ainsi, en fonction des études que vous avez déjà faites et/ou des diplômes déjà obtenus, vous pouvez solliciter votre admission dans une formation supérieure.

Donc, l’établissement dans lequel vous souhaitez étudier est le seul habilité à valider votre formation antérieure.

2.3. La sécurité sociale pour les étudiants

L’affiliation à la sécurité sociale est gratuite et obligatoire pour tous les étudiants en France, qu’ils soient français ou étrangers. Elle sert à rembourser une partie des frais de soins.

La sécurité sociale pour les étudiants sert à faire rembourser une partie des frais de santé (consultation chez un médecin, examens médicaux …).

L’inscription à la sécurité sociale doit se faire dès que possible après l’inscription dans l’établissement d’enseignement supérieur.

Il faut juste se connecter sur le site https://etudiant-etranger.ameli.fr disponible en français, en anglais et en espagnol.

L’affiliation à la sécurité sociale est gratuite. Les étudiants, français comme étrangers, ne payent pas pour s’inscrire à la sécurité sociale française.

3. Financer ses études en France

Même si faire des études en France revient moins cher qu’aux États-Unis, en Australie ou au Royaume-Uni, de nombreux étrangers cherchent divers moyens pour financer leur cursus.

Vous pouvez solliciter une bourse auprès de votre pays ou du gouvernement français. Différents programmes comme Erasmus Mundus, Eiffel ou Charcot constituent autant d’opportunités pour financer vos études.

Vous pouvez également travailler tout en étudiant. La loi française permet à l’étudiant de travailler à raison de 964 heures maximum par an, afin d’accroître ses ressources financières.

3.1. Financer ses études en France avec une bourse d’étude

Une bourse d’étude est une attribution d’argent à un étudiant en vue de lui permettre de poursuivre ses études et d’obtenir une meilleure éducation. Les bourses d’étude sont généralement accordées sous conditions de ressources ou de mérite.

Dans notre site, vous trouverez plusieurs bourses d’études en France destinées aux étudiants étrangers qui sont régulièrement misent à jour. Vous trouverez dans notre site :

3.2. Financer ses études en France avec un job étudiant

La loi française permet à l’étudiant de travailler à raison de 964 heures maximum par an, afin d’accroître ses ressources financières.

Il n’est d’ailleurs plus exigé de solliciter une autorisation provisoire de travail (APT) pour travailler. Vous pouvez aussi effectuer un emploi étudiant dans les établissements publics d’enseignement supérieur pour un contrat de 12 mois.

Il existe plusieurs pistes pour trouver un job étudiant. Nous allons vous citer les moyens de recherches les plus connus :

  • Postulez aux offres via les sites d’emploi.
  • Postulez directement via les sites des entreprises.
  • Déposez vous-même vos CV à l’accueil des entreprises.

Les emplois les plus adaptés aux étudiants, sont les emplois pendant les weekends et les soirs. De préférence il faut essayer de trouver un emploi qui :

  • Correspond à votre domaine d’activité.
  • Ne nécessite pas assez d’effort physique et mental.
  • Vous donne une flexibilité dans les horaires de travail.

La majorité des étudiants trouvent des emplois dans les postes suivants :

  • Caissier dans un supermarché.
  • Vendeur.
  • Hôtesse d’accueil.
  • Restauration.
  • Livraison.
  • Garde d’enfants.
  • Soutien scolaire (cours de soutien).

Les emplois qui paient mieux sont souvent les emplois chez les particuliers comme donner des cours de soutien chez un étudiant.

Un autre type d’emploi qui paie bien c’est le travail pendant les horaires décalés, les gens qui travaillent en nuit.

4. Faîtes vos études en France avec Campus France

Campus France est un établissement public placé sous la double tutelle du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

En plus, il met à disposition des étudiants et des chercheurs étrangers des outils pour qu’ils connaissent mieux les établissements supérieurs français et qu’ils puissent trouver celui qui convient à leur projet.

Campus France est un établissement public placé sous la double tutelle du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

De ce fait, Campus France est chargé de favoriser la mobilité des étudiants et des chercheurs étrangers vers la France.

La procédure « Études en France » concerne les étudiants étrangers résidant dans l’un des 43 pays suivants :

Algérie. Argentine. Bénin. Brésil. Burkina Faso. Burundi. Cameroun. Chili. Chine. Colombie. Comores. Congo . Brazzaville. Corée du Sud. Côte d’Ivoire. Djibouti. Égypte. États-Unis. Gabon. Guinée. Haïti. Inde. Indonésie. Iran. Japon. Koweit. Liban. Madagascar. Mali. Maroc. Maurice. Mauritanie. Mexique. Nigéria. Pérou. République Démocratique du Congo. Sénégal. Russie. Taïwan. Togo. Tunisie. Turquie et Vietnam.

Ainsi, si vous résidez dans l’un de ces pays, cette procédure de candidature est obligatoire pour mener vos études en France. En effet, toutes les démarches se font en ligne, de la demande d’inscription à l’obtention du visa.

4.1. Procédure études en France – Candidature Campus France

Les étudiants qui résident dans l’un des 43 pays concernés par la procédure “Études en France” doivent faire une demande spécifique d’inscription dans un établissement d’enseignement supérieur.

La plateforme Études en France est entièrement dématérialisée et permet de gérer l’ensemble des démarches d’inscription dans un établissement d’enseignement supérieurjusqu’à la demande de visa. Il suffit de créer un dossier électronique personnel et de se laisser guider.

Vous pourrez notamment y déposer vos demandes d’inscription, dialoguer avec l’espace Campus France de votre pays et communiquer avec les établissements dans lesquels vous souhaitez vous inscrire.

Une participation financière vous sera demandée pour bénéficier de ce service d’accompagnement.

4.2. Demande d’admission préalable DAP pour Campus France

La demande d’admission préalable (DAP) concerne tous les étudiants étrangers souhaitant s’inscrire en première année de Licence à l’université ou dans une école d’architecture. Elle est obligatoire pour les étudiants étrangers non-européens qui n’ont pas obtenu de baccalauréat dans un lycée français de l’AEFE.

Si vous résidez dans l’un des pays concernés par la procédure « Études en France », cette démarche se fait en ligne sur la plateforme “Etudes en France.

Sinon vous devez déposer votre demande auprès du service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France de votre pays de résidence. 

Les dossiers blancs concernent les inscriptions en première année à l’université, les dossiers jaunes celles en première année d’école d’architecture.

Effectuez cette démarche le plus tôt possible. Idéalement, dès le mois de novembre précédant l’année universitaire pour laquelle vous postulez. Consultez régulièrement votre espace personnel sur le site Campus France pour ne pas laisser passer de date limite.

4.3. C’est quoi l’entretien Campus France?

L’entretien CampusFrance est un entretien individuel d’une vingtaine de minutes avec un conseiller Campus France.

Vous vous présentez à l’entretien avec votre carte d’identité nationale ainsi que les originaux des documents contenus dans le dossier pédagogique que vous avez préalablement fait parvenir à CampusFrance.

Après avoir vérifié sur pièces les diplômes et certificats présentés, le conseiller Campus France vous invite à décrire votre parcours d’études antérieur et à vous exprimer sur votre projet d’études en France.

A l’issue de l’entretien, votre dossier pédagogique vous est remis. Il devra être joint à votre dossier de demande de visa.

4.4. Questions fréquentes dans l’entretien Campus France

L’entretien pédagogique de Campus France est l’une des étapes clés, sinon la plus importante de toute votre démarche d’obtention d’un visa étudiant.

Le conseiller chargé de cet entretien a pour objectif d’authentifier vos documents, de vérifier vos démarches , d’évaluer votre niveau de français et de comprendre vos motivations et votre projet d’études.

Voici quelques exemples de questions qui peuvent vous êtres posées au cours de l’entretien :

  • Présentez-vous ?
  • Pourquoi avez-vous choisi d’étudier en France ?
  • Quels sont vos motivations quant aux choix de ses formations ?
  • Quel est votre projet professionnel ?
  • Quel est votre projet d’études ?
  • Justifiez les mauvaises notes que vous avez obtenu ?
  • Que voulez-vous faire comme formation ?
  • Pourquoi vous avez choisi cette formation ?
  • Sur quels critères, avez-vous basé votre choix des universités ?
  • Est-ce que vous avez une idée par rapport aux coûts des études en France ?
  • Comment comptez-vous financer vos études ?
  • Pourquoi vous avez choisi la ville XXX ?
  • Supposons qu’aucune université ne vous accepte/ou que vous n’avez pas obtenu votre visa qu’est-ce que vous comptez faire ?
  • Et votre logement ?
  • Comment allez-vous vous organiser pour bien suivre vos études ?
  • Est-ce que vous allez travailler en France ?
  • Que pensez vous faire après avoir terminé vos études en France ?
  • Quels sont vos défauts ?
  • Vous savez que la vie et les études en France ne sont pas faciles ?
  • Etes-vous aptes à poursuivre vos études en France ?
  • Pourquoi vous postulez pour une Licence 3 sachant que pour l’année en cours vous êtes en Master 1 ?

5. Liste des meilleures universités pour les études en France

On vous invite à découvrir tout ce qu’il faut savoir sur les universités en France pour les étudiants étrangers souhaitant procéder à étudier en France après le Bac ou pour faire un Master ou même un Doctorat.

5.1. Université Panthéon Sorbonne

Héritière à la fois de la Sorbonne et de la Faculté de droit et des sciences économiques de Paris, ce que symbolise son nom de Panthéon-Sorbonne, l’Université Paris 1 accueille aujourd’hui environ 40 000 étudiants répartis en 14 Unités de Formation et de Recherche (U.F.R.) et 4 Instituts.

Elle offre ainsi un éventail complet de formations d’excellence dans le domaine des Sciences juridiques et Politiques, des Sciences économiques et de Gestion et des Arts et Sciences humaines.

En plus, aux formations classiques les plus réputées de France, se sont ajoutées progressivement de nouvelles disciplines :

  • Histoire.
  • Géographie.
  • Philosophie.
  • Histoire de l’art.
  • Sciences économiques.
  • Droit.
  • Sciences politiques.
  • etc…

5.2. Université Paris-Sud

Université de recherche intensive au spectre disciplinaire large, elle est particulièrement réputée pour le niveau très élevé de sa recherche, tout particulièrement en Mathématiques et en Physique, apportant des contributions majeures à la compréhension du monde et de l’Univers, tout en servant de socle à de nombreuses recherches en informatique, en chimie et en biologie.

En plus, sa recherche dans les Sciences de la Santé se concrétise dans de nombreux domaines médicaux, notamment en matière d’innovation thérapeutique.

En effet, les grandes disciplines de formations couverts par les diplômes de l’Université Paris-Sud sont présentées comme suit :

  • Chimie.
  • Droit.
  • Economie.
  • Gestion.
  • Electronique.
  • Mécanique.
  • Automatique.
  • Electricité.
  • etc…

5.3. Université Aix-Marseille

Créée le 1er janvier 2012, Aix-Marseille Université (AMU) peut légitimement considérer, au terme d’une première période 2012-2017 largement consacrée à la structuration de l’université unique, qu’elle a relevé le défi majeur qu’elle s’était assigné.

En plus, réussir la fusion des trois universités du territoire et donner naissance à une grande université de rang mondial.

En effet, aux formations classiques les plus réputées de France, se sont ajoutées progressivement de nouvelles disciplines :

  • Arts, Lettres, Langues et Sciences Humaines.
  • Droit et Science politique.
  • Economie et Gestion.
  • Santé.
  • Sciences et Technologies.
  • etc…

5.4. Ecole Normale Supérieure Paris

L’ École normale supérieure Paris, appelée aussi « de la rue d’Ulm », « Ulm », « Normale Sup’ », ou encore « ENS » tout court, ce qui la distingue des autres écoles normales supérieures situées ailleurs en France.

C’est l’une des institutions universitaires et de recherche les plus prestigieuses et les plus sélectives de France, spécialisée en lettres et en sciences. Elle est membre de l’Université de recherche Paris Sciences et Lettres.

Elle définit aussi et met en œuvre une politique de recherche scientifique et technologique dans une perspective multidisciplinaire et internationale.

Les grandes disciplines de formations couverts par les diplômes de l’Ecole Normale Supérieure Paris sont présentées comme suit :

  • Chimie.
  • Informatique.
  • Mathématiques.
  • Physique.
  • Sciences de la Terre.
  • Sciences de la vie.
  • Biologie.
  • Economie Appliquée.
  • Philosophie.
  • Lettres.
  • Sciences Sociales.

5.5. Université Paris Descartes

L’ Université Paris Descartes — dont le nom officiel est Paris-V — est une université française créée en 1971. C’est une des treize universités parisiennes, héritières de l’université de Paris et de la Sorbonne.

Elle est pluridisciplinaire et fait partie de la communauté d’universités et établissements (Comue) université Sorbonne-Paris-Cité.

Dans le même temps, l’université a fait partie des premières universités à basculer son offre de formation au dispositif LMD (Licence, Master, Doctorat ou 3-5-8) visant à européaniser les diplômes.

Les grandes disciplines de formations couverts par les diplômes de l’Université Paris Descartes sont présentées comme suit :

  • Communication.
  • Cultures.
  • Langues et lettres.
  • Sciences humaines.
  • Biologie.
  • Chimie.
  • Santé.
  • Droit.
  • Economie.
  • Gestion.
  • Management.
  • SVT.
  • Ingénierie.
  • Médecine.
  • Pharmacie.

6. Le coût des études universitaires en France

6.1. Les établissements publics

Choisir d’étudier en France, c’est accéder à des formations de qualité et accessibles au plus grand nombre.

Les droits d’inscription dans les établissements publics d’enseignement supérieur français sont faibles car l’État prend en charge une partie du coût de ces formations dispensées dans les établissements publics.

Le coût réel des études y est le même qu’ailleurs dans le monde, soit environ 10 000 € par an. La différence est qu’en France, l’État en assume une grande part.

L’Etat français continuera de prendre en charge l’essentiel du coût de votre formation dans un établissement d’enseignement supérieur public. Les droits d’inscription seront similaires à ceux de l’année 2018/2019, soit :

  • 170 euros pour une année en cycle de Licence ;
  • 243 euros pour une année en cycle de Master ;
  • 601 euros pour une année de cursus en formation d’ingénieur dans un établissement sous tutelle du ministère en charge de l’enseignement supérieur ;
  • 380 euros pour une année de Doctorat.

6.2. Les établissements privées

Les frais d’inscription dans les établissements privés, notamment dans les écoles de commerce, sont sensiblement plus élevés que dans le public.

En général, ils atteignent 3 000 à 10 000 euros par an. Renseignez-vous sur le site de chaque établissement pour connaître le montant exact des droits d’inscription de votre formation.

18 % des étudiants en France sont inscrits dans des établissements privés. Le caractère privé d’un établissement signifie qu’il n’a pas été créé par l’État.

Le niveau des financements publics y est donc variable. Dans certains cas, l’État peut reconnaître officiellement un établissement et l’autoriser à délivrer les diplômes nationaux.

6.3. Coût des études pour les boursiers

Aucun droits d’inscription à payer, qu’ils soient différenciés ou non, pour :

  • Les étudiants qui viennent étudier en France dans le cadre d’une convention de partenariat entre universités qui prévoit une exonération totale des droits d’inscription.
  • Étudiants titulaires d’une bourse du gouvernement français (BGF) ;
  • Les étudiants titulaires d’une bourse de leur établissement d’accueil, prévoyant une exonération totale des droits d’inscription.

6.4. Contribution Vie Etudiante et de Campus

La contribution Vie étudiante et de Campus concerne les étudiants, français et étrangers, qui vont suivre une formation initiale dans un établissement d’enseignement supérieur, qu’il soit public ou privé.

Cela inclut : les étudiants qui vont suivre une Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles (CPGE), au titre de leur inscription à l’université ; les étudiants en double diplôme et les étudiants en apprentissage.

La mise en place de la Contribution Vie étudiante et de Campus a été décidée en mars 2018 dans le cadre de la loi “Orientation et Réussite des étudiants”.

Elle doit permettre de mieux accueillir les étudiants et de leur proposer un accompagnement social, sanitaire, culturel et sportif au cours de leurs études.

La CVEC servira à financer des actions dont les premiers bénéficiaires seront les étudiants. Ces actions prendront différentes formes : accès aux soins, accompagnement social, pratique du sport, accès aux arts et à la culture, amélioration des conditions d’accueil.

Vous devez impérativement avoir reçu votre attestation de paiement ou votre attestation d’exonération avant votre inscription administrative dans votre établissement.

Vous pouvez donc le faire en ligne, même avant de partir en France. Ces documents sont nécessaires pour finaliser votre inscription.

Le montant de la CVEC est de 91 euros pour l’année 2019/20. Son montant sera ré-évalué chaque année.

La CVEC ne se paye qu’une seule fois par an, même si vous êtes inscrit dans plusieurs formations pour la même année universitaire.

7. Le logement étudiant en France

Si vous cherchez un logement étudiant, il faudrait bien comprendre les petites annonces que vous trouverez sur le net. Pour vous aider, voici les appellations et abréviations les plus courantes :

  • Studio : pièce unique avec un coin cuisine
  • T2 ou F2 : appartement deux pièces
  • T3 ou F3 : appartement trois pièces
  • SdB : salle de bains (avec une baignoire)
  • Salle d’eau : salle de bains (avec une douche)
  • Appt. : appartement
  • RdC : Rez-de-chaussée
  • Asc. : ascenseur
  • TBE : très bon état
  • CC : charges comprises. Les charges sont les frais à ajouter au prix du loyer pour l’entretien de l’immeuble et les services communs à tous ses habitants (ménage des parties communes, ramassage des poubelles…)

Il existe plusieurs types de logement étudiant en France dont on cite :

7.1. Logement étudiant Crous

La demande d’un logement étudiant CROUS est très simple, une fois vous avez une idée sur les villes dans lesquelles vous avez des grandes chances d’être admis.

Avant de commencer ces étapes, vous devez obligatoirement préparer les deux éléments suivants qui vous seront demandés pour faire la demande de logement CROUS.

7.2. La cité internationale universitaire de Paris

La Cité internationale est composée de 40 lieux d’hébergement, les maisons. 18 maisons sont gérées directement par la Fondation nationale, Cité internationale universitaire de Paris, et placées sous son égide.

Ce sont les « maisons rattachées ». Les autres sont elles-mêmes des fondations reconnues d’utilité publique, et possèdent leur propre personnalité juridique.

Quel que soit leur statut et leur mode de gestion, toutes les maisons respectent des principes communs et mènent une action concertée, notamment en matière d’admission des résidents, de vie sur le site, d’offre culturelle…

7.3. Les résidences étudiantes privées

Les résidences étudiantes sont une bonne alternative si vous n’avez pas réussi à obtenir une chambre du CROUS.

Les tarifs des résidences privées sont souvent plus élevés que ceux des CROUS mais ils restent compétitifs sur le marché du logement étudiant.

Les avantages au quotidien seront nombreux : vie en collectivité, chambres meublées, internet, laverie, salle de sport …

7.4. Les appartements privés et la colocation

De nombreux étudiants font le choix de louer un appartement. Certains choisissent de vivre seul et optent généralement pour un studio.

En plus, les prix sont ceux du marché de l’immobilier : comptez au minium 800 euros à Paris et 400 euros en régions.

7.5. Les logements chez l’habitant

Idéal pour progresser en français, les étudiants internationaux font souvent le choix d’habiter avec une famille française.

En effet, c’est une solution pratique et économique : une chambre à vous dans un appartement ou une maison, au cœur la vie quotidienne des Français, avec tout le confort et les équipements nécessaires.

8. Coût de la vie en France pour un étudiant étranger

Avant de partir étudier en France, il faut avoir pris conscience des coûts de la vie en France qui est considéré comme l’un des pays les plus cher en Europe. En effet dans cette partie, on résumera les budgets les plus utiles à connaître avant de partir en France :

  • Budget Alimentation : En moyenne, les Français consacrent près de 300 euros par mois à leur alimentation. Ce chiffre peut varier en fonction de la ville où vous vivez et de votre consommation. De manière générale, le coût de la vie est sensiblement plus élevé à Paris.
  • Budget Santé : En France, les médecins sont libres d’appliquer les tarifs qu’ils veulent. Pour garder la maîtrise de votre budget santé, privilégiez les médecins qui pratiquent le tarif remboursé presque intégralement par la sécurité sociale. Vous paierez moins cher et vous serez mieux remboursé. Si vous consultez un médecin au centre de santé universitaire, les consultations sont gratuites.
  • Le budget transports : Si vous habitez loin de votre établissement d’accueil, votre budget transports peut représenter une part importante de votre budget total. Il est important de bien l’anticiper.
  • Budget Loisirs : Le prix des loisirs et des activités culturelles est très variable. Il y en a pour tous les goûts et pour toutes les bourses. Vous aurez souvent accès à des réductions et à des tarifs spéciaux sur présentation de votre carte étudiant ou simplement si vous avez moins de 25 ans.
  • Budget Loyer : De nombreuses options sont à votre disposition pour vous loger pendant vos études en France. Vous aurez le choix entre un logement dans le secteur public ou dans le privé, en résidence étudiante ou en appartement, seul ou en-colocation, dans une chambre chez l’habitant ou dans un logement indépendant.

9. Visa pour études en France

Le visa long séjour valant titre de séjour mention “étudiant”, abrégé en VLS-TS “étudiant”, permet de séjourner en France de quatre mois à un an afin d’y suivre des études supérieures.

Il donne le droit de :

  • Voyager librement dans tous les pays de l’espace Schengen.
  • Travailler 964 heures par an, soit 20 heures par semaine, pour compléter ses ressources.
  • Bénéficier de VISALE, la caution locative étudiante gratuite.
  • Recevoir une allocation logement de la CAF,
  • Prolonger son séjour au-delà de la durée de validité du titre de séjour délivré.

Dès votre arrivée en France, vous devez valider votre visa. La procédure est entièrement dématérialisée : vous pouvez tout faire à distance, depuis chez vous, avec votre ordinateur.

Vous devez valider votre visa au plus tard dans les 3 mois qui suivent votre arrivée en France.

Voici l’adresse à laquelle vous devez vous connecter : https://administration-etrangers-en-france.interieur.gouv.fr

D’ailleurs pour valider votre visa, vous avez besoin de  :

Vous aurez besoin :

  • D’une adresse électronique (email) valide,
  • Des informations figurant sur votre visa,
  • De communiquer votre date d’arrivée en France,
  • De communiquer votre adresse de résidence en France,
  • D’une carte de paiement pour payer en ligne la taxe de délivrance d’un titre de séjour.

9.1. Valider visa long séjour

Il est obligatoire de valider votre VLS-TS dans les 3 mois suivent votre arrivée en France. Cela vous permet de :

  • Rester en règle sur le territoire français pendant toute la durée de validité de votre visa.
  • Quitter la France, au-delà des 3 mois qui suivent votre arrivée, sans avoir besoin d’un visa pour revenir.

Notez que les 3 premiers mois qui suivent votre arrivée, vous pouvez librement quitter la France et y revenir, même sans avoir validé votre VLS-TS. Au-delà des 3 mois, si vous n’avez pas validé votre VLS-TS, vous devrez demander un nouveau visa pour revenir en France.

9.2. Renouveler votre titre de séjour

Si vous souhaitez rester en France pour continuer vos études alors que votre visa VLS-TS va expirer, vous pouvez renouveler votre titre de séjour : vous ferez une demande de carte de séjour pluriannuelle.

Cette démarche est payante. La première carte de séjour pluriannuelle qui vous sera délivrée sous certaines conditions aura une durée de validité correspondant au nombre d’années restant dans le cycle d’études dans lequel vous êtes inscrit.

Si vous souhaitez rester en France pour continuer vos études alors que votre carte de séjour pluriannuelle va expirer, vous pouvez demander son renouvellement.

Cette démarche est payante. La nouvelle carte de séjour pluriannuelle qui vous sera délivrée sous certaines conditions aura une durée de validité correspondant au nombre d’années du prochain cycle dans lequel vous allez vous inscrire.

La demande de renouvellement de votre titre de séjour se fait en préfecture. Vous n’avez pas besoin de rentrer dans votre pays d’origine ; tout se fait en France.

Sources : Etudier en France, Amba France, Wikipédia, Kielikompassi, ACS-AMI,

vous pourriez aussi aimer

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

dolor pulvinar fringilla velit, tristique mattis at consequat.